Scheda di lettura: I 4 accordi Toltechi (parte 2)

Dans son livre « les 4 accords toltèques », Don Miguel Ruiz nous apprend la voie toltèque. Cette voie, si nous la suivons tous, nous mènera à l’expérience de la vie dans son entièreté. Nous expérimenterons la beauté des relations avec les autres, mais surtout avec soi-même et avec Dieu, le Tout.

L’auteur nous enseigne alors les 4 accords toltèques qui, selon lui, si on les signe, nous aideront à avoir une vie paisible, remplie d’amour et de lumière. Pour cela, nous devons au préalable nous débarrasser des divers accords que nous avons signés, de manière volontaire ou involontaire lors de notre socialisation. Ces accords sont la pensée que nous ne sommes pas importants, que nous sommes foncièrement mauvais et que sans la peur, nous serions les pires animaux existant sur la planète.

Pourtant, Miguel Ruiz nous apprend que nous découlons du Tout, Il est notre source et nous sommes à son image. Dieu étant lumière et amour, nous le sommes aussi. Mais ça, vous ne l’entendrez pas souvent. Nous sommes pur amour et lumière. Il est important que chacun de nous soit conscient de sa lumière avant de pouvoir la laisser briller sur les autres. Le monde serait un havre de paix si tout un chacun était conscient de sa véritable nature.

Les 4 accords toltèques nous sont alors donnés afin que nous ayons la capacité d’être pleinement lumière, et de la faire jaillir sur toute personne que l’on rencontre. Dans une première partie, je vous présentais les deux premiers accords qui étaient d’avoir une parole impeccable et de ne rien prendre personnellement. Dans cette seconde partie de notre fiche de lecture sur les 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz, nous découvrirons les deux derniers accords.

Ensemble, construisons le paradis sur terre. Posons des actes qui contribuent à la propagation de l’amour de manière infinie. Vous rêvez vous aussi de ce monde lumineux ? Découvrez comment nous parviendrons à le créer.

I 4 Accordi Toltechi Di Miguel Ruiz

Troisième accord : ne faites pas de supposition

« Chaque fois qu’on fait des suppositions qu’on prête des intentions à autrui, on crée des problèmes ».

Don Miguel Ruiz

Le verbe « supposer » vient du latin  « sub », sous et du mot français « poser », imitation du latin supponere, qui veut dire « mettre sous, substituer ». Selon le dictionnaire Larousse, supposer c’est admettre quelque chose comme hypothèse, comme prémisse d’un raisonnement, d’une démonstration. C’est aussi croire, juger probable. En d’autres termes, dans nos relations, supposer revient à penser pour l’autre, à se faire une idée de ses intentions sans demander au préalable.

Si l’on se base sur l’étymologie et la définition de ce verbe, nous comprenons que les suppositions sont des facteurs de détérioration de relations. Comment ? Vous vous demandez peut-être. Imaginez, vous êtes dans une relation amoureuse. Le jour de votre anniversaire, votre conjoint n’en fait pas mention. Et deux jours avant, vous aviez eu une dispute. Vous supposez qu’il vous boude le jour de votre anniversaire à cause de la dispute et vous vous mettez en colère, car ça « prouve » qu’il ne tient pas réellement à vous.

Faire des suppositions c’est s’imaginer un scénario qui justifierait le comportement d’une autre personne, qui n’a généralement rien à voir avec la réalité. Et parfois, ce scénario démontre non pas les intentions de l’autre, mais nos propres soucis internes. Pourquoi douteriez-vous de l’amour de votre conjoint parce qu’il ne débarrasse pas la table après manger ? Pourquoi douteriez-vous de votre ami parce qu’il a oublié votre anniversaire ? Premièrement, c’est parce que vous avez décidé de prendre les actions des autres personnellement et deuxièmement, votre parole n’est pas impeccable.

Une parole impeccable est la résultante d’un esprit en paix. Et donc, vos pensées seront la plupart du temps tournées dans le sens de l’amour. Penser en mal de l’autre parce qu’il n’a pas agi comme vous le souhaitiez, c’est démontrer que dans votre pensée, vous n’êtes pas aligné avec vous-même et que votre parole n’est pas impeccable. De plus, ça démontre aussi que vous prenez les choses personnellement, ce qui reflète un possible manque de confiance en soi. Rappelons-nous, ce que font les autres à plus avoir avec leur intérieur que nous. Pourquoi supposeriez-vous en mal ?

D’un autre côté, prêter les intentions aux autres est la première voie vers la déception. Vous serez déçu, car vous croirez au mensonge que vous vous êtes imaginé. Et la personne sera également déçue du fait que vous ayez pensé pour elle et surtout, que vous ayez supposé qu’elle vous ferait volontairement du tort. Une dispute éclatera et ainsi de suite, vous vous enfermerez dans un cercle de colère et de déception.

Il y a cette phrase qui dit « les déceptions naissent des attentes que nous avons envers les autres ». En effet, s’il n’y a pas d’attentes alors il n’y a pas de déceptions. C’est l’attente de voir votre conjoint tout émoustillé le jour de votre anniversaire qui vous fait être déçu(e) lorsqu’il préfère passer la journée sur ce dossier qui le préoccupe tant. C’est l’attente qui vous fait en vouloir à cette amie pour ne pas être passé à l’hôpital quand vous étiez malade, alors que peut-être, il avait ses propres soucis. L’attente nous pousse à vouloir dicter les actions et réactions des autres comme nous voulons et non comme ils le font selon qui ils sont.

« L’amour véritable consiste à accepter les autres tels qu’ils sont, sans essayer de les changer. Si nous essayons de les changer, cela signifie que nous ne les aimons pas. C’est pourquoi si vous décidez de vivre avec quelqu’un, il est préférable de le faire avec celui ou celle qui est exactement tel que vous le souhaitez. Trouvez quelqu’un que vous n’ayez pas à changer. De même, cette personne doit aussi vous aimer tel que vous êtes, sans avoir besoin de vous changer », dit Don Miguel Ruiz.

Vous ne pourrez jamais trouver quelqu’un qui soit exactement tel que vous le souhaitez. Pourtant, nous venons de Dieu, nous sommes en Dieu et Dieu est en nous. C’est Lui qui nous donne la capacité d’aimer les autres de manière inconditionnelle, à les accepter tels qu’ils sont, sans vouloir les changer. Vous pensez peut-être que c’est dur, voire impossible à faire. Mais non, vous pouvez réussir à aimer les autres inconditionnellement et donc, à ne pas faire de suppositions.

Le meilleur moyen de ne pas faire de suppositions est de poser des questions. Vérifiez que vos communications soient claires. Au lieu d’assumer qu’il n’ait pas sorti les poubelles par manque de considération pour vous, demandez-lui la raison pour laquelle il ne l’a pas fait et écoutez-le attentivement, avec la volonté de comprendre et non de juger. Utilisez votre voix pour demander ce que vous voulez. Ainsi, vous pouvez faire des suppositions, mais ne les croyez pas tant que vous ne vous êtes pas au préalable rassuré de leur véracité.

De plus, il est important de garder à l’esprit que la réponse de l’autre ne sera pas toujours dans le sens que vous attendez. Comme dit plus haut, les attentes causent des déceptions. Demandez pour comprendre, non pas pour juger ou pour confirmer un point de vue. Soyez dans la compréhension. C’est cette compréhension qui vous permettra de comprendre que l’autre n’a pas envie d’en parler sur le moment par exemple, ou qu’il ait tout simplement oublié et que son attitude n’avait effectivement rien à voir avec vous.

Quatrième accord : faites toujours de votre mieux

« Nous n’avons pas le temps à perdre à regretter quelque chose ou quelqu’un, car nous sommes vivants »

Don Miguel Ruiz

Vous savez, quoi que vous fassiez, vous n’atteindrez jamais la perfection. D’ailleurs, qu’est-ce que la perfection ? Avoir un corps, une manière de penser ou une carrière dictés par la société ? Croyez-vous vraiment que vous pourriez contenter les attentes de votre entourage ? Laissez-moi vous dire que non. Quoi que vous fassiez, les gens auront toujours à dire. Ainsi, au lieu de vous tuer à la tâche dans le but de satisfaire d’éternels insatisfaits, apprenez à faire chaque chose de votre mieux.

Cette vie se résume à faire de son mieux. Et ce mieux ne dépend pas de la hauteur de la barre mise par les autres, mais plutôt de votre état de santé physique, mentale, financière, etc. Faites votre mieux, sans tirer le bouchon trop loin.

Prenons un exemple ; vous voulez vous mettre au sport et comme votre ami fait des exercices deux heures par jour, vous voulez prendre le même rythme. Pourtant, vous n’avez pas le même métabolisme.  Peut-être avez-vous un état cardiaque qui vous limite à des exercices de 15 minutes quotidiennement. Ou votre emploi du temps vous permet d’être libre uniquement les weekends.

Si vous vous entêtez à faire comme votre ami qui a plus de temps et une meilleure santé que vous, sur le long terme, ce sport qui était supposé vous être bénéfique sera un grand frein pour votre vie. Vous culpabiliserez, car vous n’arrivez pas à « être discipliné ». De quelle discipline parlons-nous alors ? De la vôtre ou celle de votre ami ? Vous n’êtes pas venu au monde pour sacrifier votre joie ni votre vie. Vous êtes là pour vivre, pour être heureux et pour aimer.

Si votre mieux est de faire des exercices 15 minutes par jour et que vous en faites pendant 2 heures, vous ne ferez que vous fatiguer, vous passerez à côté de votre objectif et vous n’apprécierez pas votre existence. Faites de votre mieux et peut-être apprendrez-vous que, peu importe la durée de vos exercices, vous pouvez vivre, aimer et être heureux.

Faire de votre mieux c’est faire les choses parce que vous en avez envie et non parce que vous attendez une récompense, ne prenant aucun plaisir à ce que vous faites. Lorsque vous faites de votre mieux, vous apprenez à vous accepter. Tout en étant conscient que vous pouvez apprendre de vos erreurs. Faire de votre mieux c’est accepter que vous soyez un humain et que malgré toute la volonté du monde, vous ferriez des erreurs. Mais c’est aussi ne pas se définir par celles-ci et être conscient que vous avez la capacité de ne pas les reproduire. Et surtout, faire de son mieux, c’est poser des actions. Vous au moins, vous ne restez pas inactifs.

En effet, être dans l’action c’est vivre pleinement. L’inaction est la manière de nier la vie. Alors si vos actions semblent maladroites, ne remettez pas en cause le fait d’être passé à l’action. Ce serait remettre en cause votre choix d’avoir vécu. Au contraire, remettez en cause l’action et voyez comment l’approcher. Pour expliciter ce propos, prenons le cas d’une femme qui a souffert de violences conjugales.

À cause de cette erreur, elle peut s’en vouloir d’avoir choisi de se marier et pourtant, elle choisissait la vie. Au lieu de s’en vouloir de s’être mariée, elle devrait plutôt prendre le temps de guérir et de réfléchir à ce qu’elle ne veut plus dans une relation, avant d’une nouvelle fois se relancer.

Elle a fait de son mieux dans ce premier mariage, et cela n’a pas marché. Peut-être devrait-elle se demander si le mieux qu’elle faisait était le sien ou celui que la société lui a imposé au courant de sa socialisation. Quand elle se questionnera et qu’elle saura qu’elle est le mieux qu’elle puisse faire dans une relation, alors elle pourra espérer une nouvelle. En effet, la fin de son premier mariage ne doit pas lui faire renoncer à son rêve d’avoir un mariage heureux et épanoui. Chacun d’entre nous a le droit d’exprimer son rêve.

Vous êtes nés avec le droit d’être heureux, le droit d’aimer, de vous réjouir et de partager votre amour. Ne résistez pas à la vie qui s’exprime en vous, parce que c’est Dieu qui s’exprime ainsi. Vous n’avez pas à prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Vous n’avez qu’à être, qu’à prendre le risque d’apprécier votre vie, c’est tout ce qui compte.

La voie de la liberté

La voie toltèque de la liberté : briser les vieux accords

« La véritable liberté est de pouvoir être libre d’être qui nous sommes vraiment »

Don Miguel Ruiz

Dans son livre, Don Miguel Ruiz ne nous apprend pas une religion avec des rites à faire pour atteindre le salut. Au contraire, être un Toltèque est un mode de vie dans lequel n’existent ni leaders ni disciples, chacun a et vit sa propre vérité. Il y a alors trois maitrises pour conduire les êtres à devenir des Toltèques :

La Maitrise de l’Attention

Elle consiste à être conscient de qui l’on est vraiment, avec toutes ses possibilités. C’est la pleine conscience de l’être de lumière que vous êtes. La découverte de celui-ci, ses forces et faiblesses. C’est comprendre que vous êtes foncièrement lumière et amour et que vous avez été créés par Dieu pour les déverser autour de vous.

La Maitrise de la Transformation

Lorsque vous prenez conscience de qui vous êtes réellement, un changement s’opère en vous. Vous vous libérez de la domestication, des injonctions de la société. Vous commencez à manifester la conscience personnelle que vous avez et à vous libérer de toutes les chaines, de tous les accords qui vous empêchaient de pleinement être qui vous êtes réellement.

La Maitrise de l’Intention

Elle est vue comme la composante qui rend possible la transformation de l’énergie. C’est cet être vivant qui englobe toute l’énergie, ou que l’on appelle Dieu. L’Intention (Dieu) est la vie elle-même ; c’est l’amour inconditionnel. Vous commencez à poser des actions qui reflètent votre véritable nature de lumière et d’amour. La maitrise de l’intention est alors la maitrise de l’amour.

Les 4 accords toltèques : le paradis sur terre

Les 4 accords toltèques : le paradis sur terre

Tout comme l’enfer, le paradis est un lieu qui existe dans notre esprit, défend Don Miguel Ruiz. Il y règne la joie, on y est heureux et libre d’aimer et d’être qui on est vraiment. On peut atteindre le paradis en étant encore vivant, pas besoin d’attendre d’être mort. Dieu est toujours présent et le royaume des cieux est partout, mais il faut tout d’abord des yeux et des oreilles pour voir et entendre cette vérité.

La voie principale vers le paradis sur terre, c’est le pardon. La seule façon de guérir est de pardonner. À vos parents, amis, frères et sœurs, pour la magie noire qu’ils ont exercée sur votre vie durant les années écoulées. Mais surtout pardonner à Dieu. Vous avez le droit d’en vouloir à Dieu pour votre vie et vous avez besoin de lui pardonner, car lorsque vous avez pardonné à Dieu, vous pouvez finalement vous pardonner à vous-même.

Lorsque vous vous serez pardonné, le rejet de vous disparaîtra de votre esprit. Ce sera le début de l’acceptation de vous, et votre amour propre deviendra si fort que vous pourrez finalement vous accepter tel que vous êtes. Ce sera le commencement de la liberté humaine. Le pardon est la clé.

Le rêve que vous vivez est votre propre création. C’est votre perception de la réalité et vous pouvez la changer à tout moment. Vous avez le pouvoir de créer l’enfer, comme vous pouvez créer le paradis. Ce paradis est une vie dans laquelle vous n’avez pas à justifier votre existence et où vous êtes libre d’être qui vous êtes vraiment. Il est possible que vous puissiez échapper à la destinée humaine, mais vous avez un choix : souffrir de cette destinée ou en jouir. Souffrir ou aimer et être heureux. Vivre en enfer ou vivre au paradis. Choisissez de vivre au paradis.

Circa l'autore

Picture of Sorelle KEMAYOU
Sorelle KEMAYOU
Scrittore - romanziere, sono molto interessato a temi come l'educazione dei bambini, la comunicazione interpersonale e intrapersonale, la spiritualità, la psicologia e soprattutto l'Amore. I miei diversi articoli si concentreranno quindi su questi diversi temi. Non vedo l'ora di leggere i vostri vari commenti.

20 € offerti sui tuoi prodotti biologici francesi

Ottieni uno sconto di 20 € sui tuoi prodotti biologici francesi

Aimez-vous ce contenu ?

Aiutaci a migliorare la qualità dei nostri articoli raccontandoci i tuoi suggerimenti

Si prega di scorrere verso il basso per i commenti

20 € offerti sui tuoi prodotti biologici francesi

Ottieni uno sconto di 20 € sui tuoi prodotti biologici francesi

Soutenez-nous

Supporto
notiziario

commenti

Subscribe
Notificami
ospite

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.

2 Commentaires
Most Voted
Newest Oldest
Inline Feedbacks
View all comments
Massimiliano
Massimiliano
1 anno fa

Encore un texte facile à lire, meilleur encore que le précédent : les exemples terre à terre pour illustrer les arguments, la précision au niveau de ces derniers, la réorientation après les 4 premiers accords, bref, je suis fan. Par contre le troisième accord coince un peu à mon niveau. Je suis analyste de nature et aussi de profession, alors ne pas faire de suppositions reviendrait à limiter considérablement mon champ d’actions. D’autant plus, qu’elles ne sont pas toujours négatives et même si je comprends le risque de déception encouru par des suppositions positives qui peuvent se révéler fausses, et... Leggi il resto »

Immagine di blocco annunci fornita da Code Help Pro

Rilevato blocco degli annunci!

Disattiva il blocco degli annunci quindi aggiorna la pagina.

La pubblicità è essenziale per sostenere la nostra iniziativa e garantire l'accesso continuo a contenuti di qualità. Queste pubblicità svolgono un ruolo chiave nel finanziamento di infrastrutture critiche, come hosting e nomi di dominio, nonché nel pagamento dei nostri autori.

Ci impegniamo a garantire un'esperienza utente piacevole. Pertanto garantiamo l'assenza di finestre pop-up o pubblicità animate sul nostro sito. Tutti i nostri annunci sono discreti e non invasivi.

Aggiungi currenttrends.fr alla tua whitelist e aggiorna la tua pagina.

Ti ringraziamo per la comprensione e ti auguriamo un'ottima navigazione.